Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Profil Environnemental Régional 2015

3- Pour un tourisme durable en région PACA

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 18 août 2015

Précédent | Articles |

Les régions de la Toscane, la Catalogne et Provence-Alpes-Côte d’Azur ont décidé de s’associer en novembre 2007, afin de mettre en place un Réseau européen des régions pour un tourisme durable et compétitif appelé NECSTouR (Network of European Sustainable and Competitive Tourism Regions).

Le Conseil régional souhaite faire de la région une référence en matière de tourisme durable, via son schéma régional de développement touristique 2012-2016.

Un objectif important est celui de la sensibilisation et l’éducation à l’environnement au travers de campagnes d’information et de sensibilisation à l’environnement et au tourisme durable auprès des professionnels et des touristes. Il soutient par exemple, au travers du réseau mer, les campagnes des « éco gestes en Méditerranée »à destination des plaisanciers et « inf’eau mer » auprès des touristes sur les plages, mais aussi les outils d’éducation à l’environnement comme le jeu
interactif Éco attitude, destiné aux touristes.

Le développement de la responsabilité sociétale des entreprises (RSE) intègre un volet environnemental notamment sur la gestion des déchets, les énergies renouvelables, la gestion de l’eau, la politique d’achat responsable, les transports propres, l’amélioration de la performance énergétique des bâtiments, la sensibilisation des clientèles, la mobilisation du personnel…
Le premier Forum National sur la RSE s’est déroulé à Marseille en février 2015 à l’invitiative de la DREAL et de la DIRECCTE et en partenariat avec la Région, l’Ademe et la CCIR.

Dans ce cadre, le Conseil régional soutient :

  • les démarches individuelles et collectives permettant d’améliorer les performances environnementales des entreprises touristiques au sens large (hébergements, prestataires d’activités de loisirs, sportives et culturelles, associations et structures gestionnaires d’un équipement d’accueil à vocation touristique…). A titre d’exemple, l’opération itinéraire Eco 3 pilotée par le réseau consulaire régional, vise à accompagner une centaine d’entreprises touristiques vers l’obtention d’un écolabel, au choix entre l’écolabel Européen, la Clef Verte, Hôtel au Naturel et Green Globe.
  • les outils d’accompagnement des professionnels avec par exemple l’élaboration du manuel d’accompagnement à la gestion environnementale et sociale des professionnels du tourisme. Ce guide, dénommé « MAGESTOUR » a pour objectif d’accompagner les professionnels du tourisme et de leur fournir un outil permettant le déploiement de la responsabilité sociale et environnementale dans les organisations touristiques.
  • les investissements à travers des critères « d’éco-conditionnalité » en n’accordant d’aides directes aux organisations touristiques qu’en matière de gestion environnementale et/ou d’accessibilité handicap. Ces dispositifs d’investissements n’étant ouverts qu’aux hôtels, campings, villages de vacances, sites et équipements touristiques, le Conseil régional, dans le cadre du programme AGIR, a parallèlement lancé l’appel à projets 100 gîtes exemplaires afin de développer la gestion environnementale dans les meublés de tourisme, tels que les meublés Gîtes de France, Clévacances ou encore Bienvenue à la ferme et Accueil Paysan. La démarche « ECOGITES® » lancée par la Fédération Régionale Provence-Alpes-Côte d’Azur des Gîtes de France est désormais reprise au niveau national.
    Accueil touristique au Grand site de la Sainte-Victoire (© Laurent Mignaux/METL-MEDDE)
  • les rencontres entre les professionnels du tourisme et de l’environnement en soutenant financièrement par exemple l’organisation de salons destinés aux professionnels, à l’instar du salon Écorismo ou encore des « Journées de l’écotourisme », des entretiens de Gréoux…
  • les actions visant à préserver les ressources en eau , notamment en incitant les communes participant au concours « Villes et Villages Fleuris » à utiliser des espèces botaniques méditerranéennes peu consommatrices d’eau. Le Conseil régional a également soutenu le projet de création d’une unité de traitement des eaux usées de la Ville de Sainte Maxime destinées à être recyclées pour l’arrosage du golf de la commune.
  • les démarches innovantes à travers le Prix de l’innovation touristique récompensant les actions innovantes des structures d’accueil touristique en matière de préservation et de gestion de l’environnement.

Enfin, le Conseil régional promeut l’offre écotouristique en Provence-Alpes-Côte d’Azur. Les initiatives exemplaires sont coordonnées par le groupe de travail régional constitué des Comités Départementaux et Régionaux de Tourisme et de la Fédération Régionale des Offices de Tourisme et de Syndicats d’Initiative. En 2008, une « carte écotourisme », tiré à 80 000 exemplaires a été publiée par le Comité Régional du Tourisme (CRT) de PACA. De nouvelles actions de promotion de l’offre écotouristique et de l’offre nature dans les espaces protégés de Provence-Alpes-Côte d’Azur sont en cours, comme le site internet développé par le Comité régional du tourisme : www.ecotourismepaca.fr.

La Charte Européenne du Tourisme Durable (CETD) a été confiée à la Fédération des Parcs Naturels Régionaux de France, qui s’est entourée d’un comité de pilotage européen composé à parité de gestionnaires d’espaces protégés, de professionnels du tourisme, d’experts en tourisme durable et des organismes financeurs.

Les 5 Parcs Naturels Régionaux (Luberon, Camargue, Verdon, Queyras et Alpilles) ont signé la Charte européenne du tourisme durable dans les espaces protégés. Après reconnaissance par la fédération EUROPARC de la stratégie touristique développée dans les cinq parcs, ces derniers ont élaboré un dispositif d’accompagnement des professionnels du tourisme dans leurs pratiques de développement durable. Cette opération vise à accompagner les établissements touristiques dans
l’obtention de la marque accueil du parc, ou d’autres « écolabels », en partenariat avec l’opération itinéraire Éco 3.

Il est à noter que le Parc National du Mercantour est également engagé dans une démarche en vue de signer la Charte Européenne du Tourisme Durable.


Précédent | Articles |