Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Climat - Air - Energie
 

Système gazier régional

Production et approvisionnement en gaz

Depuis la fin de l’exploitation commerciale du gisement de Lacq survenue à l’automne 2013, la quasi-totalité du gaz naturel consommé en France est importée. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur ne comporte pas d’interconnexion avec les autres réseaux européens. La région accueille en revanche deux des quatre terminaux méthaniers français :

  • Fos Tonkin (5,5 Gm3/an), propriétés d’Elengy, filiale à 100 % de Engie ;
  • Fos Cavaou (8,25 Gm3/an), détenu par Fosmax LNG, filiale d’ Elengy à plus de 70% et de Total, et exploité par la société Elengy.

Stockage

Les stockages souterrains de gaz naturel sont un maillon logistique essentiel pour la sécurité d’approvisionnement gazier d’un pays non-producteur comme la France. En injectant du gaz dans les stockages durant l’été et en le soutirant pendant l’hiver, les fournisseurs peuvent répondre à la consommation de leurs clients, fortement dépendante du climat pour la plupart d’entre eux.
Le site de Manosque est l’un des 16 sites de stockage souterrain en France, il est détenu par Géométhane, un Groupement d’Intérêt Économique (GIE) spécialisé dans le stockage souterrain de gaz, et exploité par les équipes de Storengy. Mis en service en 1993, c’est un stockage en cavités salines, situé sur 2 communes des Alpes-de-Haute-Provence : Dauphin et Manosque. Ses installations sont réparties sur 2 lieux distants d’environ 2,5 km à vol d’oiseau : la station centrale, dans le vallon de Gaude, et les plates-formes de puits sur le site du Gontard.

Réseau de transport de gaz

Le réseau français de transport de gaz naturel permet d’acheminer le gaz depuis les points d’importation aux frontières jusqu’aux points de livraison répartis sur le territoire national (distributions publiques et gros clients industriels) ou aux sites de stockage souterrain.
Sur le territoire régional, GRTgaz est le gestionnaire exclusif du réseau de transport de gaz. GRTGaz est filiale à 75 % de ENGIE et à 25 % de la Société d’Infrastructures Gazières (consortium public composé de CNP Assurances, de CDC Infrastructures et de la Caisse des Dépôts et Consignations)
Le réseau de transport est constitué :

  • De canalisations de diamètres compris entre 80 mm et 1 200 mm, exploitées entre 16 et 95 bars. La région accueille 310 km de réseau principal et 1 150 km de réseau régional,
  • De stations de compression (2 dans la région, à Courthézon et Saint-Martin-de-Crau) ;
  • De poste de pré-détente et de sectionnement/coupure ;
  • De postes de livraison sur le réseau de distribution et sur chez des clients industriels.

Réseau de distribution de gaz

La desserte en gaz naturel des consommateurs domestiques, tertiaires ou petits industriels, en aval du réseau de transport, se fait via les réseaux de distribution qui sont la propriété des collectivités locales et sont gérés sous le régime de la concession.
Les réseaux publics de distribution de gaz naturel représentent, pour la France continentale et métropolitaine, une longueur totale de 195 000 km. Ces réseaux sont exploités, au travers de contrats de concession liant les gestionnaires aux collectivités locales : GRDF (filiale d’Engie à 100 % qui assure la distribution pour environ 96 % du marché), 22 entreprises locales de distribution (situées pour l’essentiel dans le sud-ouest et dans l’est), Antargaz, Veolia Eau et Védig (Dalkia).

Tarifs d’accès aux infrastructures gazières

L’utilisation des infrastructures gazières par les fournisseurs de gaz est régulée. Les articles L. 452-1, L. 452-2 et L. 452-3 du code de l’énergie encadrent la compétence tarifaire de la Commission de régulation de l’énergie.
Les derniers tarifs d’utilisation des infrastructures gazières sont :
• ATTM5 pour l’utilisation des terminaux méthaniers,
• ATS1 pour l’utilisation des infrastructures de stockage,
• ATRT6 pour l’utilisation des réseaux de transport,
• ATRD pour l’utilisation des réseaux de distribution.

Décarbonation du système gazier

Réalité depuis 2011 en France, la production et l’injection de biométhane sur les réseaux de gaz se sont accélérées ces dernières années.
En région Provence-Alpes-Côte-d’Azur 3 installations injectent en 2019 jusqu’à 47,8 GWh/an dans les réseaux (STEP de Sormiou (13), STEP du Reyran (83), Aptunions (84)).
De nouvelles filières de production de gaz renouvelables sont en cours de structuration :

  • la méthanisation de la biomasse et de déchets,
  • la pyrogazéification de la biomasse ou de CSR (combustibles solides de récupération),
  • la méthanation combinant hydrogène produit à partir d’électricité renouvelable ou d’hydrogène fatal (industriel) et dioxyde de carbone. L’hydrogène peut également être utilisé directement en remplacement de l’hydrogène fossile des processus industriels ou pour développer la mobilité.