Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Prévention des risques

Présentation

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 21 juillet 2014
La région Provence-Alpes-Côte d’Azur s’étend sur 31.700 km² (5,7% du territoire).

Sa population de 4,815 millions d’habitants (8% de la population française), en constante augmentation, est concentrée sur une partie limitée du territoire (bordure littoral et vallées).

Les risques naturels, technologiques et miniers auxquels la population peut être soumise sont les revers d’une attractivité humaine et paysagère qui font sa réputation ainsi que des multiples activités qui s’y développent. On recouvre tous ces risques par le terme de risques majeurs.

Une région entièrement soumise aux risques naturels

L’exposition de la région aux risques naturels est directement associée au caractère "extrême" du climat méditerranéen, dont la sécheresse estivale et la violence des précipitations automnales favorisent alternativement feux de forêt, mouvements de terrains et inondations. La présence de reliefs abrupts contribue au caractère torrentiel des écoulements et à la fréquence des mouvements de terrains. De plus, la région est également la plus sismique de France métropolitaine et les trois départements alpins sont sujets aux avalanches.

Dès lors, la totalité des communes est confrontée à un risque naturel au minimum et les communes affectées par les cinq phénomènes naturels abritent plus d’un million de personnes. Par ailleurs la pression foncière qu’engendre l’attrait de la région accroît, de fait, le nombre de personnes et de biens exposés, quelque soient les risques. Enfin 78% des communes de la région ont déjà fait l’objet d’arrêtés de catastrophes naturelles.

Les risques technologiques

La région Provence Alpes Côte d’Azur se caractérise par la présence de tous les types de risques technologiques :

  • risques industriels (installations SEVESO seuil haut…),
  • de rupture de barrages,
  • nucléaire,
  • de transport de matières dangereuses et lié aux mines ou carrières souterraines.

En effet, conséquence d’une importante activité humaine, elle est la seconde région française pour les ouvrages hydroélectriques et l’une des premières pour son réseau hydraulique de surface. Elle abrite des activités nucléaires sur 4 sites. Elle est la deuxième région française pour le nombre d’installations industrielles dites « SEVESO seuil haut ». La région, située sur l’axe rhodanien, est un espace de transit vers l’Espagne et l’Italie, notamment de matières dangereuses. Enfin elle comporte plus de 300 sites de travaux souterrains, de mines ou de carrières susceptibles de déstabiliser les sols.

On notera que certains risques sont amplifiés par l’afflux de millions de visiteurs par an qui fréquentent la deuxième région touristique française.

La transparence sur les risques

  • Un suivi des procédures "risques" est réalisé au sein de la base de données nationale GASPAR (Gestion ASsistée des Procédures Administratives relatives aux Risques), à ce jour essentiellement consacrée aux risques naturels, dont les résultats sont présentés sur le site internet "portail de la prévention des risques majeurs" (http://www.prim.net).
  • Les PPR Technologiques sont, quand à eux, gérés au niveau de l’application d’une base de donnée nationale GIDIC (Gestion Informatisée Des Installations Classées).
  • Le portail CARTORISQUE a vocation à regrouper l’ensemble des cartes des risques naturels et technologiques majeurs (http://cartorisque.prim.net).
  • En attendant sa finalisation, des informations sur ces risques sont consultables sur les sites Internet des préfectures :

Logo cartopas