Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Territoire Aménagement Données

2015-2016 : les quartiers sud d’Avignon (84), comment requalifier par le paysage des territoires à vivre ?

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 8 janvier 2018 (modifié le 14 décembre 2018)

Les quartiers sud d’Avignon, situés entre la Durance et les remparts de la vieille ville, sont constitués de multiples entités territoriales successives et segmentées par de nombreuses ruptures physiques.
Ponctués d’espaces délaissés et de friches agricoles, ils connaissent également des problématiques d’entrées de ville peu qualitatives.. Depuis la création de la ZUP dans les années 1960, les quartiers sud n’ont jamais fait l’objet de démarche de planification d’ensemble ni de projets d’aménagement d’envergure. S’appuyant sur les grands projets d’échelle intercommunale portés par la ville et le Grand Avignon dans les quartiers sud (NPNRU, tramway, projet routier de Liaison Est-Ouest, etc.), il
s’agit de travailler à l’émergence d’une identité capable de redonner de la valeur à ce territoire marqué par l’absence historique d’approche globale, en considérant le paysage comme l’élément transversal porteur de valeurs communes.

Objectifs de l’atelier :

  • Développer un projet urbain d’ensemble en s’appuyant sur les espaces agricoles et naturels
  • Réinterroger les projets et s’affranchir des logiques de périmètres en investissant la question du paysage
  • Revisiter la mobilité : réduire les dysfonctionnements urbains, apaiser l’espace public et intégrer la question des paysages après pétrole (PAP) comme accélérateur et levier du renouveau urbain
  • Impliquer tous les acteurs locaux et notamment les habitants

Equipe-projet : Agence Devillers et Associés (urbaniste et paysagiste, mandataire), Respublica (concertation) et Confluences (agronomie, environnement, risques)

Sébastien Giorgis, architecte DPLG, paysagiste et urbaniste, adjoint au Maire d’Avignon et membre du Collectif Paysage après pétrole (PAP), analyse l’Atelier des Territoires d’Avignon dans l’article "Le paysage comme fondement et comme finalité de la démarche de projet urbain de la ville" (juin 2017)

Atelier 1

Le premier acte de l’Atelier a rappelé les fondements du paysage en soulignant combien la ville d’Avignon et son paysage sont intimement liés à sa géographie et à son climat. Le tissu urbain s’est fondé sur les trames agricoles, conçues pour lutter contre le vent et mettre en place une ingénierie hydraulique sophistiquée. L’eau est l’élément qui guide tous les projets du territoire.
Voir le carnet de suivi de l’atelier 1 (format pdf - 5.7 Mo - 07/08/2017) des 15 et 16 mars 2016, le cahier de synthèse n°1 "Fondations du paysage" (format pdf - 88.7 Mo - 08/01/2018)

Ateliers 2 et 3

Le deuxième acte a révélé l’imbrication de la ville avec les plaines agricoles et la nature. La question s’est concentrée sur la lisière sud d’Avignon, embrassant l’ensemble des projets en cours, la question de l’avenir de la ceinture verte agricole, et de la place des rives fluviales. Les espaces intermédiaires urbains ont fait l’objet d’attention pour articuler l’ensemble. La question des mobilités a permis de relier les pièces urbaines entre elles, avec la campagne et les rives, en rappelant la proximité de cœurs actifs.
Voir le carnet de suivi de l’atelier 2 (format pdf - 12.5 Mo - 07/08/2017) des 3 et 6 juin 2016. Le troisième atelier a eut lieu les 20 et 24 janvier 2017. Voir également le cahier de synthèse n°2 "Dynamiques et orientations" (format pdf - 86.2 Mo - 08/01/2018)

Le schéma directeur issu de l’atelier articule les projets. Il saisit ces nombreuses opportunités pour renforcer leur cohésion. Il porte sur la mise en réseau des espaces agricoles et naturels avec la ville pour appeler les habitants à investir leur campagne et les rives du Rhône et de la Durance, et propose d’arrimer un quai où la ville côtoie la Durance aujourd’hui délaissée. Il cherche à promouvoir l’enchaînement des espaces publics pour faciliter la vie de proximité et accéder aux pôles d’emplois, de commerces et de services sans recourir à la voiture. Ce schéma permet de structurer le territoire sur le long terme, portant une vision durable de la ville d’Avignon.

Le séminaire de restitution, qui a eut lieu le 13 octobre 2017 a permis de proposer une feuille de route avec des préconisations de hiérarchisation des actions, d’acteurs à mobiliser et de méthodologie à envisager.
Voir plus d’information, voir l’ensemble de la présentation du séminaire de restitution (format pptx - 9.6 Mo - 08/01/2018) ou le cahier de présentation des projets (format pdf - 1.1 Mo - 08/01/2018) .

Carte synthèse A0 - DA-AVS-PLN Atelier territoire (format pdf - 7.9 Mo - 08/01/2018)

L’atelier des territoires a ainsi identifié cinq projets qui vont structurer la feuille de route :

1- La ceinture verte : le parc agricole des quartiers sud :

Avec 60 % des exploitants qui seront à la retraite dans 10 ans, des limites urbaines incertaines, l’arrivée d’une infrastructure routière majeure et l’évolution de pratiques tendant vers une agriculture hors sol, l’avenir du caractère agricole de la ceinture verte dépend d’une intervention publique forte, associant les initiatives locales et profitant aux agriculteurs comme aux habitants des quartiers proches. Le projet agricole devra combiner action foncière, valorisation économique à travers le soutien aux circuits courts et la mise en place d’équipements permettant aux productions d’être connues et reconnues, et dimension urbaine pour redéfinir le lien ville-campagne en organisant la fréquentation, par la création de jardins partagés, d’un hameau agricole…

Voir le cahier 1 "Ville/Agriculture/Nature" (format pdf - 29.3 Mo - 08/01/2018)

2- Une pièce intermédiaire urbaine : la porte de Marseille

Entrée Est d’Avignon, la configuration de cette porte est à repenser avec l’arrivée prochaine du tramway et plus tard du contournement. La reconnaissance pérenne des limites de la ville et de l’espace agricole à préserver permettra de redéfinir les questions de mobilité, de qualité architecturale, d’évolution des zones commerciales et d’activités, pour donner à cette porte une qualité urbaine à la hauteur de son positionnement.

Voir le cahier 2 "Une pièce urbaine intermédiaire/la route de Marseille" (format pdf - 154.5 Mo - 08/01/2018)

3- Un parc naturel urbain à la Confluence, sur le domaine de Courtine

Un site unique dont la redécouverte au service des Avignonnais doit être imaginée sur le moyen ou long terme, fondée à la fois sur la majesté du lieu, son fort potentiel écologique, et sur sa proximité avec la ville qui permettrait, en tenant compte du caractère inondable du lieu, d’en faire un lieu de détente et de loisir attractif.

Voir le cahier 3 "Le parc naturel urbain de la Confluence" (format pdf - 124.3 Mo - 08/01/2018)

4- Un quai sur la Durance, un espace public grandeur nature

Entre la ligne TER et la route de Tarascon, le site de l’hôpital et ses environs s’adossent à la Durance au seul endroit où la ligne à grande vitesse est enterrée. Cette opportunité est saisie pour offrir aux avignonnais un quai sur la Durance en écho au balcon du palais des papes. L’importance des emprises foncières publiques, les projets liés au pôle santé comme les opérations de renouvellement urbain à venir militent pour donner à cet espace une urbanité de qualité, adaptée au risque inondation.

Voir le cahier 4 "Un quai sur la Durance" (format pdf - 121.2 Mo - 08/01/2018)

5- L’enchaînement des espaces publics et le bien commun des Avignonnais.

L’encouragement des pratiques de proximité et d’utilisation des modes actifs de déplacements par la création d’espaces de centralités attractifs est un élément clé du renouveau des quartiers sud d’Avignon. Le réseau ainsi créé à partir d’usages existants ou à développer tisse les liens entre la ville constituée, le Rhône, la Durance et la ceinture verte.

Voir le cahier 5 "L’enchainement des espaces publics" (format pdf - 113.4 Mo - 08/01/2018)

Ces cinq projets embrassent les lisières de la ville. Ils se développent avec l’existant et déploient un espace public ample, à l’échelle du grand paysage, dédié à la campagne et les rives fluviales.