Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner article  desabonner article
Territoire Aménagement Données

Présentation

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 14 mai 2010

Né en 1985 à l’initiative de l’ex-URSS et placé sous l’autorité de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA) des Nations-Unies, le projet international ITER (International Thermonuclear Experimental Reactor) réunit aujourd’hui sept partenaires désireux d’atteindre cet objectif : les Etats-Unis, le Japon, la Corée du Sud, la Chine, la Russie, l’Inde et l’Union européenne. Le Brésil et la Suisse ont également déposé leur candidature pour participer au projet.

L’accord international ITER a été signé le 21 novembre 2006 à Paris.

L’implication de l’Union européenne

Des scientifiques européens travaillent depuis cinquante ans sur la fusion nucléaire. Leurs travaux sont aujourd’hui coordonnés par la Commission européenne et bénéficient des fonds du programme-cadre de recherche Euratom, complétés par les contributions des Etats membres et de la Suisse. Grâce à ce dispositif, les chercheurs européens ont mené à bien l’expérience la plus encourageante à ce jour en matière de fusion : JET (Joint European Torus) qui sert de base au projet ITER.