Haut de page

Logo préfècture région

 Envoyer à un ami  Imprimer  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte
Prévention des risques

Contenu

L’information de la société civile sur les incidents survenant dans les installations SEVESO

partager sur facebook partager sur twitter
29 avril 2010

En matière de sécurité industrielle, le rôle des acteurs de la prévention des risques consiste d’abord à
réduire la fréquence d’occurrence et la gravité des accidents. Toutefois, malgré l’efficacité de leur action, il est malheureusement illusoire de penser qu’elle permettra d’éviter absolument tout accident majeur.
Il convient alors que l’ensemble de ces acteurs s’organise pour faire face à une telle éventualité. Un des moyens de répondre à cet objectif est la diffusion accrue des informations sur les réalités et difficultés de la prévention auprès de la société, des élus, des associations et des média.

Un premier pas vers une meilleure information de la société civile

Dans le but de développer à terme un dialogue approfondi sur les risques industriels, pour que la société dans son ensemble puisse participer à leur gestion, le Ministère de l’Ecologie, de l’Energie, du Développement Durable et de l’Aménagement du Territoire a lancé en 2005 une expérimentation dans 8 régions, dont PACA, consistant pour les industriels à déclarer à l’administration, dans les délais les plus courts, la nature et la quantité de matières dangereuses concernées par la Directive Seveso, relâchées lors d’un événement significatif. Ces informations sont destinées à être relayées en direction des média, élus et associations concernés lorsqu’il s’agit notamment d’accidents ou d’incidents qui justifient d’une communication externe.

Cette démarche s’inscrit dans le cadre d’une plus grande transparence et d’une meilleure information du public, préconisées par la loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques. Y sont associés les organismes professionnels tels que notamment, l’Union des Industries Chimiques, l’Union Française des Industries Pétrolières et le Groupement d’Etude et de Sécurité des Industries Pétrolières et chimiques.

En PACA, l’information relative à la quantité de matières dangereuses relachées doit être mentionnée sur la fiche G/P d’information sur les accidents et incidents (voir l’article correspondant en partie 6) que les exploitants sont tenus d’adresser dans les plus brefs délais, à l’administration notamment.

Le bilan de cette première expérimentation fait apparaître que :

  • le choix de l’indice « Q » relatif à la quantité de matières dangereuses relachées (qui est par ailleurs le premier indice de l’échelle européenne de qualification des accidents) est pertinent et peut être renseigné correctement dans la plupart des cas par les industriels dans des délais très courts.
  • ces derniers, par contre, ne communiquent que très rarement à la presse locale sur simple incident, alors que la communication sur accident est elle plus fréquente, bien que cette dernière soit plus difficile et parfois peu efficace du fait notamment de la charge émotionnelle véhiculée par les conséquences de l’événement.
  • les exploitants accordent une priorité aux aspects techniques et administratifs au détriment de la communication.

Une deuxième étape pour une information plus pertinente de la société civile

En 2006, le Ministère décide d’amplifier et de généraliser à l’ensemble du territoire national l’information « à chaud » du public, en recentrant plus précisément sur les établissements relevant de la Directive Seveso cette communication sur les incidents notables ou pouvant présenter une perception à l’extérieur.

L’accent est mis à nouveau sur la nécessité de développer l’information et le dialogue auprés des élus, collectivités, associations et relais d’opinion par le moyen :

  • de communiqués de presse, mentionnant notamment l’indice « Q » relatif aux matières dangereuses relachées ; ces communiqués, par leur contenu plus pédagogique et moins technique que les fiches G/P, complètent utilement l’emploi de la fiche G/P pour les incidents notables.
  • de réunions avec les associations et riverains ;
  • de discussion au sein des CLIC sur les accidents et incidents survenus.

Il s’agit, en dehors de périodes de crise, de mettre à disposition de la société civile des informations sur les réalités de la prévention des risques. Cette communication n’est pas encadrée réglementairement mais relève de l’initiative des exploitants.

En 2007, en PACA, dans le cadre de cette démarche d’information de la société civile, les industriels ont produit sept communiqués de presse et une communication auprés d’associations, en plus des réunions de commissions locales. En outre, les établissements relevant de la directive Seveso, sur lesquels ont été recensés 72 événements (accidents ou incidents), ont communiqué aux élus locaux une trentaine de fiches G/P d’information sur accident ou incident concernant tout type d’événement.

La démarche est lancée, mais des efforts importants restent à accomplir pour atteindre les objectifs d’instauration d’un véritable dialogue approfondi avec la société civile sur la prévention des risques, et d’émergence d’une culture mieux partagée des risques industriels.

Pied de page

Site mis à jour le 17 avril
Plan du siteContactez-nousInfos légalesRecueil de l’avis des utilisateursAccessibibitéAide aux usagersLes infos du site en flux RSS  | AuthentificationFlux RSS