Envoyer à un ami  Imprimer la page (ouverture nouvelle fenêtre)  Augmenter la taille du texte  Réduire la taille du texte  abonner rubrique  desabonner rubrique
Climat - Air - Energie
 

Autoconsommation

 
 

Autoconsommation en PACA

partager sur facebook partager sur twitter
publié le 7 décembre 2015 (modifié le 20 juin 2016)

L’autoconsommation est amenée à se développer dans un contexte où :

Le rapport du ministère en charge de l’énergie de février 2015 présente les conclusions des travaux menés au niveau national sur l’autoconsommation de l’électricité renouvelable.

Dans le cadre d’une politique énergétique globale, et afin d’accompagner la nécessaire maîtrise de la consommation, l’État et les collectivités considèrent le développement de l’autoconsommation comme un enjeu majeur. Celui-ci est d’autant plus important pour l’Est de la région qui se trouve en péninsule électrique et dépend fortement de l’importation d’énergie extérieure. L’autoconsommation s’inscrit donc pleinement dans l’objectif de diminuer la contrainte sur les réseaux pour limiter l’énergie à acheminer, en lien étroit avec les démarches de réduction et de maîtrise des consommations. Elle représente une solution d’avenir qui va tendre de plus en plus à se développer.

Qu’est-ce que l’autoconsommation d’électricité ?

Le taux d’autoconsommation représente la consommation de tout ou partie de la production photovoltaïque sur place :
Autoconsommation (%) = Production consommée / Production totale d’énergie électrique.

On utilise également la notion complémentaire de taux d’autoproduction qui représente la production de tout ou partie de la consommation en électricité d’un bâtiment :
Autoproduction (%) = Consommation produite sur place / consommation totale du site considéré

Les systèmes concernés :
L’autoconsommation repose principalement sur la production photovoltaïque, et peut aussi concerner la petite hydraulique et le petit éolien, les unités de cogénération, et les unités de production hybrides (panneau photovoltaïque/thermique) qui produisent de l’électricité et de la chaleur.

Toute source de production d’énergie renouvelable peut en théorie être autoconsommée. L’intérêt réside dans une production qui diminue l’impact environnemental, en allant vers une maîtrise et une transparence des coûts (en fonction du niveau de développement des filières), devenant moins chère que l’énergie acheminée, et contribuant ainsi à l’allégement de la contrainte sur les réseaux électriques.

Ces productions peuvent être couplées avec des systèmes de stockage (batteries, ballons inertiels, etc.) permettant de subvenir à des consommations décalées. Il s’agit de consommer la majorité de l’électricité produite localement et de faire appel au réseau en l’absence de production ou lors de pointe de consommation.

Pourquoi développer l’autoconsommation ?
La baisse attendue du coût de production des énergies renouvelables décentralisées, conjuguée à la hausse prévisible des prix de vente TTC de l’électricité1, ainsi que l’aspiration de certains consommateurs à pouvoir répondre à leurs besoins électriques par des moyens de production locaux durables, ouvrent la voie au développement de l’autoconsommation / autoproduction. Ces dispositifs permettent d’alléger la facture énergétique et les contraintes sur les réseaux, en relation avec les démarches de réduction et de faire appel au réseau en l’absence de production ou lors de pointe de consommation.

Quels sont les profils préférentiels pour l’autoconsommation ?

Les profils d’utilisateurs préférentiels sont ceux dont les périodes de consommation coïncident avec les périodes de production, ceci afin d’éviter ou de limiter les capacités de stockage de l’électricité produite hors des périodes de consommation.

les secteurs industriels, tertiaires et agricoles :
l’autoconsommation est particulièrement adaptée aux besoins des activités professionnelles qui consomment de électricité en journée et si possible, tout au long de l’année.
Sauf dans le cas de sites isolés non raccordables au réseau, l’autarcie énergétique n’est pas le but recherché, car l’injection du surplus d’électricité produite ou l’alimentation à partir du réseau permettant d’optimiser le dimensionnement des installations. Le but est d’alimenter une partie ou la totalité des consommations journalières avec une énergie renouvelable qui pourra avoir un coût et un impact environnemental inférieurs a ceux de électricité livrée par le réseau. S’il est souhaité couvrir la totalité de la surface disponible en toiture, le surplus d’énergie solaire pourra être injecté sur le réseau et vendu.

les particuliers :
La production photovoltaïque étant diurne, si le logement est inoccupé en journée, une installation en autoconsommation sans stockage devra être dimensionnée pour couvrir simplement les seules consommations "courantes" (VMC, appareils en veille, réfrigérateurs et congélateurs, machine à laver programmée, ballon d’eau chaude, etc.). Un dimensionnement plus important est possible. Compte tenu du décalage dans le temps entre production et consommation, il nécessitera alors une capacité de stockage. Les installations de ce type restent aujourd’hui limitées compte tenu du coût du stockage (amortissement et maintenance).

Comment lancer un projet d’autoconsommation ?

La phase d’opportunité
1 - Faire le point sur son profil de consommation en lien avec la démarche de réduction et de maîtrise des consommations.
2 - Déterminer la part couverte par l’autoconsommation en identifiant le potentiel de production (photovoltaïque ou autre)
3 - cibler les aides et ressources disponibles et retenir un choix technique (avec ou sans revente, stockage).
Les travaux sont souvent envisages dans le cadre de réhabilitation plus globales (rénovation de toiture, réhabilitation de bâtiment).
- > recherche de solutions techniques permettant de répondre au profil de consommation (photovoltaïque, cogénération, hybrides, stockage, mini « smart gris » avec stockage)
- > démarche de commissionnement du maître d’ouvrage.

La phase d’étude
Si l’opportunité se confirme, une étude de dimensionnement peut être réalisée par
un maître d’œuvre qualifié et un dossier monté (de demande d’aide ?) (incluant l’ensemble
des aspects financiers, techniques et réglementaires).

Points d’alerte
Dans le cas d’une autoconsommation totale, les dimensions de l’installation étant
réduite, l’intégration au bâti est inutile ( surcoût, absence d’incitation du tarif d’achat)
Le cahier des charges doit intégrer des éléments factuels sur la réception à la fois
électrique (consuel obligatoire) et de génie civil (étanchéité, résistance mécanique,
résistance au feu).
Toute installation de production d’électricité doit être déclarée auprès d’ENEDIS.

Quels sont les dispositifs d’aides et de soutien ?

Nouveau dispositif de soutien aux EnR : mise en place du complément de rémunération.
www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/CP_publication_decrets_LTECV-3.pdf

Quels sont les principaux modèles techniques et économique d’autoconsommation avec une production photovoltaïque ?

Les dispositifs d’autoconsommation (partielle) sans stockage avec vente du surplus
Il s’agit du système le plus utilise actuellement en France. Deux approches sont possibles :
- Un dimensionnement basé sur les besoins à couvrir sur le site, le surplus de production étant injecté sur le réseau et vendu.
- Un dimensionnement basé sur la surface de toiture disponible avec priorité à l’auto-consommation de l’électricité et injection et vente du surplus de production. Dans les deux cas, le réseau assure la couverture des besoins du site non couverts par l’installation photovoltaïque.
Avantages  : réduction des contraintes sur les réseaux, rentabilité améliorée par les rentrées financières résultant de la vente du surplus de production grâce à l’obligation d’achat.

Les dispositifs d’autoconsommation (partielle) sans stockage et sans vente du surplus
Le dimensionnement est basé sur les besoins à couvrir sur le site, le surplus de production étant injecté sur le réseau sans contre-partie financière. Le réseau assure la couverture des besoins du site non couverts par l’installation photovoltaïque. La rentabilité se calcule à partir du coût de l’électricité autoproduite (qui inclut l’amortissement de l’installation et son coût d’entretien) par rapport au coût de l’électricité fournie par le réseau.
Avantages  : dimensionnement basé uniquement sur la consommation locale, réduction des contraintes
sur les réseaux, économie du coût d’un compteur de production.
Néanmoins, le déploiement de ces installations est à contrôler car une injection de surplus trop importante pourrait déstabiliser le réseau électrique.

Les dispositifs d’autoconsommation avec stockage
Ce modèle s’applique sur des sites isolés lorsque les coûts de raccordement au réseau sont trop importants ou techniquement non réalisables, et sur des système dit « smart-grids » à échelle territoriale ou de quartier (en cours d’expérimentation) avec connexion au réseau .
Ce type de modèle n’est actuellement développé que pour les installations de puissance limitée (gîtes de montagnes, « écolieux »). Des modèles à plus grandes échelle sont en cours d’expérimentation notamment sur des îles (mix solaire-éolien et hydroélectricité pour le stockage) en connexion avec le réseau. Dans ce cadre, l’usage d’un dispositif de stockage est indispensable, afin d’assurer la couverture des besoins du site en continu.
Avantages  : assurer la couverture des besoins électriques dans des sites non raccordables au réseau. (attention : tout dispositif de batterie nécessite un entretien régulier), développer les projets expérimentaux (smart grids) avec connexion au réseau.

Documents et ressources de référence

Référentiel national
Site du Ministère de l’écologie 2015 - Rapport de synthèse autoconsommation - DGEC
Rubrique autoconso, cadrage national Travaux menés au niveau national sur l’autoconsommation de l’électricité renouvelable

Site de l’ADEME 2015 - Guide - Produire de l’électricité grâce à l’énergie solaire - ADEME
Médiathèque - ressources sur les ouvrages disponibles à destination des particuliers

Site du Groupement des Particuliers Producteurs 2015 - Guide de l’autoconsommation - GPPEP
d’électricité Photo (GPPEP) à destination des particuliers
Association pour les particuliers

Site d’information (photovoltaïque.info)
Article technique sur l’autoconsommation résidentielle
Site d’information très complet à destination des particuliers

Référentiel régional
Site de la DREAL - Actualité sur les filières

Site de la Région PACA, aide au photovoltaïque
Dossier commun pour aide au finacement - ADEME-Région
Dispositifs régionaux de soutiens Demandes de subvention régionale CPER pour projets d’autoconsommation

Espaces Info-énergie en PACA
pour conseiller les particuliers